Slow Food est une association internationale née en 1989 en Italie, à l’initiative de Carlo Petrini.

C’est l’installation d’un Mc Donald dans la ville éternelle, Rome, qui a poussé M. Petrini et ses amis à réagir.

Contre l’uniformisation des modes de consommation et le développement du Fastfood, Slow Food travaille chaque jour à la réorientation de notre modèle de consommation pour un recentrage sur la valeur, le bon, le propre et le juste.

A l’heure de la mondialisation, du dérèglement climatique et de la crise économique qui a durement touché le monde agricole, le but de l’association est de faire prendre conscience à chacun du choix dont il dispose au quotidien et de l’impact de celui-ci sur ce qui l’entoure, son territoire, ses voisins, et sur sa propre santé !

 

Carlo Petrini au festival Cheese 2019

Bon, propre et juste, qu’est-ce que ça veut dire ?

Bon ❤️

C’est la saveur et l’arôme d’un aliment, reconnaissable grâce à des sens éduqués et bien entraînés,  fruit de la compétence du producteur, du choix des ingrédients et des méthodes de production, qui ne doivent en aucun cas altérer son caractère naturel.

Propre 🌿

L’environnement doit être respecté et il doit être accordé une grande importance aux méthodes de culture, d’élevage, de transformation, de marketing et de consommation équitables. Chaque étape de la chaîne agro-industrielle, y compris la consommation, doit protéger l’écosystème et la biodiversité en sauvegardant la santé du consommateur et du producteur.

Juste 🤝

La justice sociale doit être recherchée par l’instauration de conditions de travail respectueuses de l’homme et de ses droits, et capables de générer des rémunérations équitables ; par la recherche d’économies mondiales équilibrées ; par l’empathie et la solidarité systématiques ; par le respect des diversités culturelles et des traditions.


La Biodiversité, une priorité

La raison d’être de l’association Slowfood est la défense de la Biodiversité

C’est pourquoi elle a développé, au niveau international et local, différents projets pour la favoriser que l’on vous présente au lien suivant: Les projets Slowfood pour la Biodiversité :

  • L’Arche du Goût
  • Les Sentinelles
  • L’Alliance des cuisiniers

L’Arche du goût a été créé en 1996 afin de recenser les espèces animales, végétales et traditions culinaires attachées à la culture territoriale qui sont en voie de disparition. Il permet de sauvegarder des pans entiers de l’histoire et de la culture de communautés partout dans le monde.

Le catalogue constitué par l’Arche du goût n’entend pas muséifier ces produits à l’état brut ou transformés mais bien les remettre sur le devant de la scène en faveur de la biodiversité mais aussi de la dynamisation de l’économie locale. Depuis 2012  la Fondation Slow Food pour la diversité œuvre à son développement et à sa coordination.


Les Sentinelles sont un projet créé par Slow Food en 1999 pour aider les producteurs en difficulté et isolés, partageant les valeurs de Slow Food, à travailler collectivement en vue de valoriser la qualité de leurs produits et de leur trouver un marché. A la différence de l’Arche du goût, qui fait un état des lieux des produits en voie de disparition, les sentinelles visent dans un deuxième temps à la sauvegarde effective et collective de 3 types de produits ou pratiques prédéfinis:

  • Des produits traditionnels qui risquent de disparaître et sont reconnus par l’Arche du Goût,
  • Des techniques ou pratiques traditionnelles menacées de disparition en matière de pêche, d’élevage,
    de transformation ou encore de culture,
  • Des produits ou pratiques qui caractérisent un paysage rural ou un écosystème également en voie de disparition.
    De plus, ces pratiques ou produits que l’on veut protéger doivent remplir deux conditions cumulatives de durabilité:
    – ils doivent être Propres en vue de garantir la durabilité environnementale.
    – ils doivent être Justes pour être durables socialement et économiquement.

“Toutes les cuisines du monde doivent jouir d’une même dignité.
Il est nécessaire de réhabiliter et de faire connaître les produits d’un territoire ainsi que les manières de les cuisiner : ces savoirs courent le risque de disparaître avec la biodiversité alimentaire qui les a inspirés ; ces produits supplantés par l’industrie agro-alimentaire et par une agriculture intensive, esclave de la chimie et conditionnée par le marché mondial.
Je parle d’une gastronomie libérée.Ce projet vise à associer les cuisinières et cuisiniers à la promotion de la biodiversité en travaillant les produits protégés par l’Arche du goût et les Sentinelles et en les proposant à leur carte!”

Carlo Petrini, Règlement international de l’Alliance des cuisiniers.

Ce projet s’inscrit donc dans la continuité des autres projets Slow Food pour la biodiversité et rassemble des cuisiniers et cuisinières dans le monde puisque 15 pays y participent ! L’Alliance des cuisiniers et cuisinières œuvre avec les producteurs à la promotion des traditions et produits locaux en les faisant découvrir aux gourmets !

En France, c’est le Chef Xavier Hamon de Quimper qui préside l’Alliance au niveau national. Au Pays Basque, c’est le chef Arturo Villanueva, le chef du restaurant Maitenia, à Ciboure qui a été nommé pour représenter l’Alliance!