Santé alimentation
Alimentation et santé Articles

L’alimentation : rôle de l’assiette dans la santé par le Dr Yves Laraque

Le poids de la réglementation européenne : C’est un frein à l’évolution des initiatives nationales pour notre santé.

Les conclusions du Livre blanc ont amené l’Union Européenne à développer une compétence législative contenue dans  l’expression « de la fourche à la fourchette » ou « de l’étable à la table ».

C’est ainsi qu’en 2018, aucun profil nutritionnel spécifique n’a pu être défini du fait de la résistance de certains États membres et des résistances de L’INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE.

 Prenons donc en main notre santé.

Dans certaines maladies, un changement alimentaire majeur participe directement à l’amélioration de l’état du malade.

 On le sait, certains modes d’alimentation ont un rôle majeur et protecteur contre des maladies chroniques fréquentes : HYPERTENSION, DIABÈTE, OBÉSITÉ, MALADIES CARDIO-VASCULAIRES et CANCER.

Ainsi, les rythmes de vie accélérés de nos sociétés modernes incitent aujourd’hui à la consommation d’une nourriture rapide, cuite et réchauffée au micro ondes, déjà préparée et prête à l’emploi.

 Seule une véritable prise de conscience réfléchie peut permettre la transition et le passage définitif à une alimentation convenant à nos envies, notre éthique, notre organisme et notre mode de vie. Le premier choix est avant tout de se donner un temps pour s’informer et se faire conseiller par des professionnels de santé. Il faut savoir et être convaincu que la frustration et le sentiment de devoir, pour être en bonne santé, se priver de ce que l’on aime sont des obstacles majeurs. Or les goûts et les saveurs sont infinies, et un changement de nos habitudes, une réduction des graisses et des sucres, peuvent aussi nous entraîner vers un autre réel plaisir de manger au quotidien, une sensation physique de bien-être insoupçonnée.
La qualité du sommeil, l’équilibre psychique et physique et l’énergie retrouvée qui découlent d’une bonne alimentation, seront aussi de précieux alliés dans ce changement. Selon les recherches récentes, l’alimentation, sans être une alternative aux médicaments, peut aider à la guérison.

A l’heure actuelle, par exemple, nous faisons tous face à un risque d’infection virale majeur, pour lequel il n’y a pas encore de vaccin efficace. Une alimentation saine est essentielle pour que notre corps se défende au mieux si nous sommes exposés au virus.

Qu‘est–ce une alimentation équilibrée ?

 1°  Une alimentation équilibrée est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Elle contribue à maintenir une bonne santé. Et dans certains cas à nous prévenir-et à nous aider grâce à notre système immunitaire-de l’apparition ou de l’aggravation de certaines maladies.

Dans la nouvelle classification adoptée par le docteur Yves la répartition est :

Les GLUCIDES : le sucre, les féculents, les fruits et leurs dérivés, les déclencheurs d’insuline : la caféine, la stimulation olfacto–gustative et certains facteurs psychologiques… et tous les alcools consommés de façon inconsidérée.

Les LIPIDO-PROTÉINES : les viandes rouges, blanches, les volailles, les poissons, les charcuteries, les œufs, les fromages, le lait.

Les LÉGUMES VERTS CUITS : artichaut, poireau, asperge, les légumes-fruits (haricot vert, tomate), en un mot tout ce qui n’est pas féculent.

Les HUILES : l’huile d’olive surtout froide et le VRAI BEURRE non allégé et non cuit.

2°   La « cuisine lente » d‘aliments de qualité, produits localement  le plus souvent possible, remet en cause mais de façon  équitable  la distribution et la production du commerce international. Ce fut le premier combat contre la malbouffe de la restauration rapide mené par Carlo Petrini et son groupe qui créent Slow Food.  

3°   En Europe, l’augmentation constante de la productivité et des volumes produits pendant plus de 50 ans, a entraîné une forte standardisation des produits agro-alimentaires et des gains de qualité de type génétique dans une logique industrielle (zéro défaut, assurance qualité), mais aussi une série d’impacts négatifs sur l’environnement : pollution des sols et de l’eau, érosion, réduction de la biodiversité, etc.

4°  Nous devons développer les circuits courts de l’alimentation pour un meilleur contrôle. Dans notre région la diversité de la production permet  une consommation régionale  de qualité et plus facilement surveillée.

5°  Un régime de base est proposé.

Il permet d’échapper à l’alimentation occasionnant les maladies de civilisation.

VOTRE PETIT DÉJEUNER :

PAIN + HUILE D’OLIVE ou vrai beurre

Tisane ou un décaféiné ou déthéiné

VOTRE REPAS  DE MIDI

Crudités

Viandes ou poissons maigres et gras

Légumes verts cuits

Tous les fromages mais… Pas de pain, d’alcool et pas de desserts sucrés.

17HEURES tous les fruits crus et exotiques, sauf : PAS DE BANANE.

VOTRE REPAS DU SOIR

Œufs, charcuteries, jambons

Potage de légumes sans pomme de terre

Les mêmes interdits que midi.

EN CONCLUSION, ce schéma est à adapter en fonction de ses pathologies par un médecin attaché à la valeur de la nutrition.

Dr Yves Laraque 

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Constance Lenoir a dit :

    J’étais sur 2 médicaments qui étaient constamment augmentés et les effets secondaires étaient terribles. Ce plan nutritionnel a permis à mon pancréas de fonctionner à nouveau normalement et a inversé mon diabète: http://www.santedelanature.com/solution_de_diabete

    1. @SlowfoodBiziona

      bonjour
      nous vous remercions de votre message, que nous transférons au Dr Yves,
      bien cordialement,
      le bureau de Slow Food

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *